Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 18:49

 

Suite aux différentes parutions dans la presse, nous sommes très en colère. En effet, les propos qui auraient été tenus ou écrits par l'inspection d'académie sont mensongers voire diffamatoires, notamment en ce qui concerne le déroulé de la journée du mardi 30 septembre.

Nous nous inscrivons en faux contre ces propos. (cf le télégramme 3/10/08).

Devons nous rappeler que c'est bien l'académie qui a décidé de ne pas mettre d'enseignants le jeudi 2 octobre et que les enfants ont donc été laissés « SEULS » pendant les dix minutes avant l'entrée dans les classes. En effet, cette plage horaire est sous la responsabilité des enseignants, le personnel communal n'arrivant qu'à 9 heures précises.

Notre action, depuis le début de cette année scolaire, est uniquement motivée par le maintien d'une structure pédagogique à la hauteur de l'enjeu : former des enfants et leur permettre de suivre un cursus normal, dans des conditions dignes et respectueuses. La « prise en otage » des enfants le jeudi 2 octobre est une attitude scandaleuse que nous dénonçons avec force.

Nous agissons en veillant au respect de chacun :

 des enfants : les cours ont eu lieu normalement (si tant est qu'une enseignante et demi soit normal !) en dehors des 3 jours d'école morte

 des enseignantes : notre soutien leur est acquis, et nous dénonçons les pressions que l'inspection leur fait subir


Nous sommes donc en contact avec des syndicats et des conseillers juridiques afin de décider des actions à mener.

Partager cet article

Repost 0
Published by les triplettes de la trinité - dans Historique
commenter cet article

commentaires

Bernard COLLOT 09/10/2008 11:42

Les CREPSC (Centres de Recherches des Petites Structures et de la Communication), laboratoire d'enseignants qui depuis 1989 travaillent quotidiennement sur l'efficience des petites structures scolaires hétérogènes et sont bien placés pour saisir l'absurdité irresponsable de la politique de concentration scolaire et les dégâts irréversibles qu'elle enclenche, dénoncent l'attitude anti-démoctratique de l'administration, le refus de toute réflexion avec les premiers intéressés, l'utilisation de moyens illégaux pour faire pression sur son personnel et soutiennent les parents d'élèves et le maire dans leur action pour sauvegarder une école digne de ce nom et l'intérêt et l'avenir de leurs enfants.